[ACTIVITÉ DE CLASSE] Dans mon cerveau : de la perception aux émotions (cycles 2-4)

Qu‘est- ce qui se passe quand nous observons des images, entendons des sons ? Comment les reconnaissons-nous ? Quel est l’effet des sons sur notre manière de percevoir des images ? Et sur nos émotions ? Pourquoi les émotions sont importantes ?

Pour les cycles 2-3

Vous trouverez ci de suite quatre séances pensées pour les élèves des cycles 2 et 3, conçues pour pour aider vos élèves à découvrir des fonctions du cerveau, en relative autonomie, et notamment des fonctions exemplaires comme la perception et les émotions.

Les activités proposées permettront également aux élèves, ainsi engagés dans des activités pratiques, de réfléchir à la façon dont ces fonctions sont sollicitées par l’usage des écrans. Vous pouvez choisir de réaliser une ou plusieurs activités, dans l’ordre de votre choix. Chaque activité comporte des défis et vous pouvez facilement indiquer à l’élève lesquels vous souhaitez qu’ils réalisent, en classe ou à la maison. Les activités sont ludiques, basées sur des supports vidéo ou des animations.


1. Image et sons

Cette séance permet de mettre en évidence que les sens travaillent ensemble pour donner une image plus complète du monde qui nous entoure.  Chaque sens apporte des informations. Chaque nouvelle information permet de préciser l’interprétation que l’on donne d’une scène, d’un événement que l’on observe. Dans cette activité on découvre comment les sons que l’on entend influencent l’interprétation que nous donnons à ce que nous voyons. 

2. Dans mon cerveau : images, sons, parfums et arômes…

Cette séance permet de mettre en évidence que sons et images sont intégrés par le cerveau. Le cerveau est l’organe qui reçoit ces informations et les combine pour nous donner une représentation de la réalité. Le cerveau a d’autres, nombreuses fonctions : mémoire, langage, attention, émotions. 

3. Images, sons et émotions 

Cette séance permet de prendre conscience de la façon dont  des émotions sont déclenchées par ce que l’on voit ou l’on entend. Dans notre cerveau, les informations collectées par les sens peuvent ainsi donner lieu à des réactions de joie, de peur, de tristesse… 

4. Les émotions et les autres 

Cette séance permet de prendre conscience de l’importance des émotions et de leur expression dans notre interaction avec les autres : des signes nous indiquent si notre interlocuteur est content, triste, offensé par nos propos… Si nous n’avons pas accès à ces signes, il devient difficile de réagir correctement. Cela peut nous arriver en particulier quand nous échangeons à travers les réseaux sociaux.


Pour le cycle 4

Pour les élèves du cycle 4 nous proposons deux séquences d’activités de découverte du cerveau, en relation avec la perception et – pour finir – avec les média.

1. On en voit de toutes les couleurs

La séquence commence par la découverte d’une illusion perceptive. Les élèves sont amenés à explorer l’illusion – la déconstruire, la reproduire – de manière à chercher à dégager des hypothèses sur ce qui peut la provoquer. L’illusion de couleur les stimule à en savoir plus sur la perception et notamment sur la perception de la couleur jaune.

La suite de la séquence permet de mettre en évidence l’idée que notre système visuel est capable de reconstituer un très grand nombre de couleurs à partir de seulement trois catégories de cônes. Pour ce faire, il intègre les stimulations issues de ces trois familles de cellules et recompose une couleur. Parfois, il reconstituera de la même manière des situations différentes (comme des petits pixels rouges et verts et du jaune). Mais ce fonctionnement permet néanmoins de percevoir et distinguer des milliers de couleurs.

Le système visuel n’est pas le seul à fonctionner en réalisant une intégration. C’est tout le système sensoriel qui procède ainsi. En effet, un organe unique va recevoir les informations issues des différents organes sensoriels et les intégrer pour nous donner une vision globale du monde : éléments visuels, auditifs, olfactifs, etc. se combinent en effet au niveau du cerveau. Beaucoup d’illusions étudiées par les psychologues de la perception portent les marques de cette intégration. Cependant, il ne s’agit pas de conclure que le cerveau « fait tout le temps des erreurs ». Il s’agit de comprendre que les scientifiques peuvent mettre en évidence certaines propriétés du fonctionnement du système sensoriel en analysant des cas particuliers comme cette illusion. La plupart du temps, l’intégration des informations sensorielles est très efficace et nous permet une perception globale efficiente de notre environnement. Cependant, ces illusions révèlent encore que notre perception du monde n’est pas un enregistrement absolu de la réalité physique mais une reconstitution qui dépend des propriétés des éléments qui permettent cette reconstitution.

2. De l’oeil au cerveau

Dans cette séquence d’activités, les élèves découvrent comment le système visuel intervient dans la perception. Ils identifient différentes étapes dans la perception des stimuli lumineux : la structure de l’oeil, les cellules de la rétine, le cerveau.

Ils découvrent que pour expliquer la perception visuelle, se référer aux propriétés physiques du stimulus lumineux ne suffit pas. La vision est un processus qui dépend aussi bien de la physiologie de l’œil et du cerveau que du stimulus lumineux. 

Cette séquence n’entre pas dans les détails du processus de traitement et d’interprétation du stimulus lumineux de la part du cerveau, mais permet aux élèves de se faire une image du parcours global d’un stimulus visuel et de se rendre compte de l’importance de chaque étape (stimulus lumineux, physiologie de l’œil et de la rétine, transmission du signal nerveux à l’intérieur du cerveau jusqu’aux aires visuelles) pour la vision.  

3. Tout le monde ment ?

Nous proposons ici un travail à partir du faux documentaire « Opération Lune » réalisé en 2002 par William Karel et rediffusé en 2004, le 1er avril, par la chaine télé ARTE. Adultes comme adolescents on tombe dans nombreux pièces au cours du visionnage. Comment est-il possible qu’on se fasse si facilement avoir ? Il s’agit pour les élèves de repérer dans le faux documentaire différents « ressorts de persuasion » ou « astuces pour convaincre » que l’auteur utilise pour amener les spectateurs vers sa thèse. Certains ressorts de trouvent au niveau du texte – par exemple ils consistent à fournir au spectateur des explications faciles qui le satisfont -, d’autres au niveau de la forme – par exemple dans l’utilisation de musiques ou innuendos qui font surgir chez le spectateur des émotions négatives.


Pour les activités dédiées aux cycles 2-3, nous nous sommes basés sur des activités initialement créées pour un enseignement en classe pour les cycles 2 et 3 (Les écrans, le cerveau et l’enfant), mais les avons adaptées pour que les élèves puissent travailler en autonomie, en classe ou à la maison, en créant des fiches et des corrections que vous pourrez directement proposer aux élèves. Vous pouvez consulter ces activités directement sur le site du projet « Les écrans, le cerveau et l’enfant », ou en vous rendant ici:

Les activités proposées pour les élèves du cycle 4 sont issues du module pédagogique « Esprit scientifique, esprit critique« .


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s